Jacqueline has lost her mind a bit, but whatever, for her trip to the seaside, she has decided to take the train by herself, like a big girl !

 

Jacqueline n’a plus toute sa tête mais qu’importe, pour son voyage au bord de la mer, elle a décidé de prendre le train toute seule, comme une grande !

« Qui êtes-vous ? ». Cette phrase anodine prend un tout autre sens quand c’est un parent qui s’adresse à son propre enfant. Outre la tristesse et l’angoisse de voir un parent qui  s’enfonce dans la maladie, les repères affectifs volent en éclats, annonçant la disparition progressive de l’être aimé. Du point de vue de la personne malade, ses proches changent d’identité ou deviennent des étrangers. Son univers se modifie, sa perception s’altère au profit de visions mêlant fantasmes, souvenirs et réalité. Il en découle une relation surréaliste, cruelle et parfois violente où s’entremêlent la farce et la tragédie.

 

Cette relation est la toile de fond de ce récit. Entre besoin de « reconnaissance » pour l’une des protagonistes et nécessité d’indépendance pour Jacqueline, le personnage principal, le scénario nous place résolument du point de vue d’une réalité qui s’altère et se délite. En fuyant la compagnie de sa « bécasse d’accompagnatrice », Jacqueline tente de préserver le peu d’indépendance qui lui reste. Un ultime acte de résistance face à une situation où les rôles s’inversent, quand les enfants deviennent les parents de leurs parents.

 

Franck Dion

les voyages imaginaires de Franck Dion / 1999 - 2020